La CFDT veut mieux pour les agents

Pour la CFDT, le compte n’y est pas

  • Parce que la valeur du point d’indice est bloquée depuis juillet 2010, que les fonctionnaires ont depuis cette date généré une économie de, 7 Milliards d’euros, pour les comptes publics
  • Parce que le cumul des hausses de l’inflation et des cotisations sociales a conduit à des baisses annuelles de 0,5% à 0,7% du salaire net moyen des agents, malgré les avancements d’échelon et de grade.
  • Parce que la revalorisation des carrières ne sera durable qu’avec une augmentation régulière de la valeur du point.

Pour la CFDT, il faut agir pour aller au-delà.

Le 26 février, toutes les fédérations de fonctionnaires (à l’exception de FO) ont signé un communiqué commun, qui prévoyait que :

« Les organisations syndicales, CCT, CFDT, CGC, FAFP, FSU, Solidaires et UNSA,  porteuses des exigences des agents publics jugeront à cette aune les annonces qui seront faites par le gouvernement. Si celles-ci étaient trop éloignées de leurs attentes et de celles des personnels qu’elles représentent, elles en appelleront à la mobilisation des agents de la Fonction publique y compris par la grève et les manifestations. »

Lors de l’annonce gouvernementale du 17 mars, seule l’UNSA a trouvé les mesures accordées aux fonctionnaires suffisantes.

Dès lors, les organisations non satisfaites par cette annonce devraient conformément au communiqué intersyndical du 26 février appeler à la grève.

En appelant à la grève le 22 mars, la CFDT Fonctions publiques est cohérente

  • avec l’engagement intersyndical du 26 février d’agir dans le cas de mesures gouvernementales ne permettant pas de compenser les pertes de pouvoir d’achat des fonctionnaires
  • avec sa volonté de défendre les rémunérations des fonctionnaires (en terme de carrière avec les acquis du PPCR et de maintien du pouvoir d’achat avec cette mobilisation pour obtenir plus que les deux fois 0,6 % prévus par le gouvernement )

Et les autres organisations ?

Seule la CFDT Fonctions publiques respecte la logique du communiqué du 26 février en appelant les fonctionnaires à faire grève le 22 mars pour demander plus que les annonces faites par le gouvernement le 17 mars.

La CGT, Solidaires et Fo préfèrent inviter les salariés et leurs militant à se mobiliser le 31 mars contre la nouvelle version de la loi El Khomery, en y ajoutant tous les motifs de mécontentements du moment, dont la situation des fonctionnaires.

LE GOUVERNEMENT DOIT MIEUX RECONNAÎTRE LES QUALIFICATIONS, LES COMPÉTENCES ET L’ENGAGEMENT DES AGENTS PUBLICS. C’EST UNE PRIORITÉ QUE PORTE LA CFDT.

TOUS EN GRÉVE LE MARDI 22 MARS

Deux rassemblements sont organisés en Lorraine

à Metz, 15 h devant la préfecture

à Épinal, 14 h devant la préfecture

Télécharger le tract

Partager :

Revalorisation du point d’indice : la CFDT mobilisée !

La valeur du point d’indice qui stagne, c’est une perte de pouvoir d’achat pour les agents !

Depuis 2010, la valeur du point d’indice est bloquée à 4,63 €. La Fonction publique ne défend plus le pouvoir d’achat de ses agents. L’INSEE reconnaît que les salaires moyens augmentent désormais moins vite que les prix, même en tenant compte de l’avancement. La perte de pouvoir d’achat annuel est estimée à 0,5 % par an dans la FPH et la FPT, à 0,7 % par an dans la FPE.

La valeur du point d’indice qui stagne, c’est un manque de reconnaissance pour les agents !

En poursuivant le blocage du point d’indice, le gouvernement fait bien peu de cas des qualifications, de la compétence et de l’engagement des agents. Il réduit l’attractivité de nos métiers et met en grave difficulté le service public.

La CFDT veut une politique salariale négociée chaque année

La CFDT a obtenu dans le protocole PPCR, Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations, que soit prévu explicitement l’examen de la revalorisation du point d’indice.

Elle ne se contentera pas de mesures symboliques et exigera un changement de cap :

  • Parce que des années de gel du point d’indice, ce n’est plus tolérable
  • Parce que la revalorisation des carrières ne sera durable qu’avec une augmentation régulière de la valeur du point.

Jeudi 17 mars, à l’occasion du premier rendez-vous salarial avec la ministre de la Fonction publique, la CFDT exigera des mesures fortes.

Si les propositions du gouvernement ne sont pas à la hauteur des enjeux, la CFDT appellera les personnels à se mobiliser le mardi 22 mars 2016.

La CFDT a déposé un préavis de grève pour cette journée d’action.

Télécharger le tract

Partager :

Rendez vous salarial du 17 mars : les agents publics exigent des mesures fortes

Les organisations syndicales de la Fonction publique – Cgt, Cfdt, Cgc, Fa-Fp, Fsu, Solidaires et Unsa – se sont souvent retrouvées, ces dernières années, pour faire le point sur la situation des agents des trois versants de la fonction publique et intervenir unitairement sur nombre de sujets propres à garantir la qualité du service public à tous les citoyens.

Dans une période où nombre de réformes impactent le travail des agents, les organisations signataires portent ensemble le nécessaire respect du statut général de la Fonction publique, l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, la lutte contre la précarité et l’exigence d’emplois statutaires en nombre suffisant pour faire face aux besoins, l’amélioration des conditions de travail et le pouvoir d’achat des agents publics.

Aujourd’hui, à quelques jours de l’ouverture des négociations salariales dans la Fonction publique, elles rappellent leur exigence qu’il soit mis immédiatement fin au gel du point d’indice et que celui-ci soit revalorisé significativement pour conforter les salaires de tous les agents

En effet, la politique d’austérité salariale a abouti à une baisse constante de leur pouvoir d’achat. Pour les organisations syndicales, l’heure est venue de mettre un terme au contentieux salarial qui s’est accumulé depuis des années!

Les agents de la fonction publique jouent un rôle déterminant pour la cohésion de toute la société. La reconnaissance de leur travail et de leur engagement quotidien en faveur de l’intérêt général ne peut plus attendre.

Le gouvernement s’est engagé à ouvrir des négociations salariales. Ce rendez-vous aura lieu le mercredi 17 mars et doit déboucher sur des mesures fortes.

Les organisations syndicales, Cgt, Cfdt, Cgc, Fa-Fp, Fsu, Solidaires et Unsa porteuses des exigences des agents publics jugeront à cette aune les annonces qui seront faites par le gouvernement.

Si celles-ci étaient trop éloignées de leurs attentes et de celles des personnels qu’elles représentent, elles en appelleront à la mobilisation des agents de la Fonction publique y compris par la grève et les manifestations.

Dès à présent, elles inscrivent cette possibilité d’action le 22 mars prochain et se retrouveront dès après le rendez-vous salarial pour confirmer ou non cette mobilisation.

Paris, le 26 février 2016

Télécharger le communiqué de presse

Partager :