Réforme des retraites

Pour concrétiser ses intentions d’ouverture, le gouvernement doit retirer l’âge pivot !

Lors de la réunion multilatérale de lancement de la nouvelle phase de concertation sur la réforme des retraites de ce jour, le Premier ministre s’est déclaré ouvert au dialogue sur la pénibilité, les fins de carrière, le minimum contributif, et les transitions pour les fonctions publiques avec l’objectif d’aboutir à des propositions concrètes rapidement. Le Premier ministre s’est également déclaré ouvert à une conférence de financement.

La CFDT note positivement cette ouverture mais constate à ce stade le maintien de l’âge pivot dans le projet de loi portant sur la réforme des retraites.

Cet âge pivot est injuste et inutile et il est massivement rejeté par la population.

De plus, il est incompatible avec l’engagement initial du Président de la République de faire une réforme sans faire d’économies et d’assurer à chaque euro cotisé les mêmes droits à la retraite.

Si la CFDT rappelle qu’elle s’est toujours préoccupée de l’équilibre des systèmes de protection sociale, elle maintient que la réforme globale du système de retraite doit avoir pour objectif premier la justice sociale. La conférence de financement proposée par la CFDT doit avoir pour objectif le financement à moyen et long terme du système de retraite. Elle doit pour cela aborder l’ensemble des leviers d’action, sans que la loi n’en impose un par avance.

Fidèle à sa conception du dialogue social, la CFDT va donc s’engager avec détermination dans cette nouvelle phase de concertation. Trop d’éléments insuffisants ou flous doivent être précisés ou tranchés. La CFDT revendique des avancées sur :

  • une meilleure prise en compte de la pénibilité vécue par les travailleurs (manutentions manuelles de charges lourdes, postures pénibles, risques chimiques et vibrations mécaniques),
  • l’emploi des séniors pour un maintien adapté dans l’emploi,
  • la sécurisation des transitions dans les fonctions publiques,
  • la retraite progressive pour une transition douce des fins de carrière,
  • une augmentation plus importante du minimum de pension,
  • et un Compte Epargne Temps Universel pour aménager son temps de travail tout au long de la vie.

Pour la CFDT, les voies de discussion avec le gouvernement existent mais sont. Dans la mesure où l’âge pivot figure dans le projet de loi et où les éléments de progrès social restent très insuffisants, la CFDT appelle l’ensemble de ses adhérents et militants à maintenir la pression sur le gouvernement et à :

  • relayer la pétition appelant au retrait de l’âge pivot (http://chng.it/yZ9x9Nq4W6)
  •  interpeller les parlementaires sur tout le territoire,
  •  mener des actions de sensibilisation auprès des citoyens et travailleurs cette semaine et se mobiliser dans les territoires le samedi 11 janvier sur les revendications de la CFDT.
Partager :

Appel à la mobilisation des professionnels de la petite enfance le 14 janvier 2020

Appel à la mobilisation des professionnels de la petite enfance le 14 janvier 2020 : Interco dépose un préavis de grève.

Depuis les actions et fortes mobilisations des professionnel·le·s en mars et mai 2019, le gouvernement a choisi de mener une concertation et des groupes de travail thématiques. Notre fédération, avec celles des Santé-sociaux et des Services, a remis une contribution précise et détaillée en juillet 2019.

Depuis, rien sous le soleil ! Des réunions se poursuivent mais nous n’avons rien de concret sur les projets d’ordonnances avec une date limite fixée par la secrétaire d’Etat : février 2020 ! En relation avec le collectif «  Pas de BB à la consigne », la fédération Interco a décidé de déposer un préavis de grève afin de permettre aux salariés.ées de se mobiliser pour rappeler au gouvernement que ce projet d’ordonnance sur les modes et conditions de prise en charge des jeunes enfants ne se fera pas sans eux !

[Lire le préavis …]

Partager :

Grève : agression et tentative d’intimidation à l’encontre d’adhérents CFDT

La CFDT condamne fermement l’agression et la tentative d’intimidation à l’encontre de ses adhérents de Meurthe et Moselle

Aujourd’hui (17/12/19) alors que des rassemblements et des manifestations étaient organisés dans tout le pays, à Nancy la CFDT a dû faire face par deux fois à un blocage de son cortège par des militants de SUD et des gilets jaunes. Lors du premier blocage, à la demande de la police, la décision a été prise de contourner l’obstacle et de passer le long du marché. La CFDT s’est alors trouvée à nouveau bloquée rue Ragrafe. Alors qu’il devenait clair que les ultras cherchaient l’affrontement, la CFDT a choisi de disperser ses troupes, les CRS faisant tampon.

Nous condamnons fermement l’agression et la tentative d’intimidation dont les adhérents de Meurthe et Moselle viennent d’être victimes. Nous rappelons que le droit de manifester est un droit constitutionnel et qu’il est un des fondements de la vie démocratique de ce pays. La CFDT est la première organisation syndicale de France et du territoire. Les intimidations ne nous empêcheront pas de continuer à défendre nos positions avec constance et de chercher à conjuguer intérêt des travailleurs et de l’ensemble de la société.

Partager :

Manifestation du 17 décembre : parcours et lieux avec horaires NANCY METZ

NANCY

RDV mardi 17/12/19 – 14h00
Place de la République (gare)

Le parcours :

Place de la République
Boulevard Joffre
Rue Cyfflé
Rue du Cardinal Tisserand
Rue du four
Rue Saint- Dizier
Point central
Rue Saint Jean
Rue Pierre Sémard
Rue Mazagran
Rue De Serre
Cours Léopold
Dispersion PLACE CARNOT

FIN DE MANIFESTATION : 18 h 00


METZ

RDV mardi 17/12/19 – 14h00
Place de la Gare

Partager :

Mobilisation générale pour des retraites justes

La CFDT est favorable à un système de retraite universel, plus juste et plus social.

En revanche, malgré de multiples alertes de la CFDT, le gouvernement s’obstine sur la voie d’une réforme budgétaire. Le projet de réforme des retraites prévoit des mesures financières extrêmement injustes et inutiles.

LA LIGNE ROUGE FRANCHIE PAR LE PROJET DE REFORME

Pour la CFDT, la ligne rouge a été franchie. C’est pourquoi nous appelons à la mobilisation de lensemble des agents et salariés le 17 décembre pour que le gouvernement renonce à toute mesure d’âge et rouvre les discussions pour un système de retraite universelle qui soit réellement juste.

En intégrant la mise en place de l’âge pivot à 64 ans à compter de 2022 et jusqu’en 2027, cela veut dire que la mesure devient applicable dès 2022 et avancera de façon progressive.

Aussi en 2022, pour une retraite sans malus …

  • ceux qui sont nés en 1960 ne devront plus travailler jusqu’à 62 ans mais 62 ans et 4 mois
  • ceux nés en 1961 jusqu’à 62 ans et 8 mois (départ en 2023)
  • ceux nés en 1962 jusqu’à 63 ans (départ 2024)
  • ceux nés en 1963 jusqu’à 63 ans et 4 mois (départ 2025)
  • ceux nés en 1964 jusqu’à 63 ans et 8 mois (départ 2026)
  • ceux nés en 1965 jusqu’à 64 ans (départ 2027)
  • et ensuite la mesure devient pleine et active et concerne tout le monde.

LES INSUFFISANCES MAJEURES DU PROJET DE REFORME

  • trop faible reconnaissance de la pénibilité au travail, qui se limite quasiment à une ouverture du dispositif actuel de la fonction publique
  • un minimum de pension insuffisant pour une carrière complète
  • pas de dispositif de retraite progressive digne de ce nom alors qu’il s’agit d’une forte aspiration des travailleurs en fin de carrière
  • besoin de clarifier la situation des travailleurs des régimes spéciaux et des fonctions publiques

La CFDT appelle ses adhérents et l’ensemble des agents et salariés à se mobiliser, par tous les moyens, dont la grève, pour que le gouvernement revoie son projet de réforme.

Partager :

Déclaration commune CFDT, CFTC, UNSA, FAGE

Un système de retraite plus juste et plus solidaire, nos organisations le veulent et se sont engagées loyalement depuis de longs mois dans les discussions.

Mais malgré des ouvertures et des avancées que nous ne nions pas, certaines annonces du Premier Ministre font aujourd’hui obstacle à sa construction.

En imposant malgré nos alertes, une mesure d’âge injuste et injustifiée, qui va forcer les salariés à travailler plus longtemps, et va pénaliser d’abord ceux qui ont commencé à travailler jeunes, il fait donc le choix des économies de court terme, plutôt que de la justice sociale. Cette mesure qui impacterait ceux qui partiront à la retraite dès 2022, doit être retirée.

Par ailleurs, le gouvernement doit répondre à nos demandes sur des sujets cruciaux pour les travailleurs :

  •  La pénibilité, à la hauteur de ce que vivent les travailleurs
  • Les mesures attendues pour les travailleurs des fonctions publiques et les travailleurs des régimes spéciaux
  •  La retraite progressive
  • Le minimum de pension

Aujourd’hui, sur ces bases, nous appelons à la mobilisation de l’ensemble des travailleurs et des jeunes le 17 décembre et nous demandons au gouvernement de ré‐ouvrir les discussions pour un système de retraite réellement juste et solidaire.

Paris, le 12 décembre 2019

Contacts presse
CFDT ‐ Dominique Primault, 06 43 75 92 73
CFTC – Paul Mercier, 06 33 26 08 71
LA FAGE ‐ Samuel Chastagner ‐ Guerra, 06 75 33 79 30
UNSA – Patricia Rejneiro, 06 75 07 89 84

Partager :

Réforme des retraites : une réforme plombée par l’obsession budgétaire

Malgré les alertes de la CFDT, le Premier ministre a imposé des mesures d’âge inutiles et injustes à travers l’instauration d’un « âge d’équilibre » dès 2022. Pour la CFDT, une ligne rouge a été franchie. Cette disposition remet en cause la promesse du président de la République de ne pas faire de mesure d’âge.

Ce sont tout particulièrement ceux qui ont commencé à travailler jeune, et les personnes qui se retrouvent au chômage en fin de carrière qui seront pénalisés. Dès 2022, ceux qui pouvaient prétendre à la retraite à 62 ans devront travailler plus longtemps pour maintenir leur niveau de pension : si la réforme systémique est repoussée à la génération 1975, les mesures d’économies sont, elles, avancées à la génération 1960.
La CFDT rappelle que les salariés font déjà des efforts puisque les lois antérieures prévoient un allongement de la durée de cotisation pour tous jusqu’en 2035.

La CFDT porte depuis de nombreuses années l’ambition de construire un système de retraite juste, solidaire et universel. Si le rapport Delevoye donne tous les outils pour le bâtir, la concertation menée depuis septembre n’a pas permis d’avancer sur des points essentiels :
– La reconnaissance de la pénibilité n’est aujourd’hui pas à la hauteur alors qu’elle est une condition de la justice sociale.
– La CFDT maintient qu’une carrière complète au SMIC mérite une pension bien supérieure à 85% du SMIC. Le gouvernement doit aller plus loin en la matière.
– Les dispositions en matière de retraite progressive restent quant à elles très floues ; la responsabilité des entreprises dans le maintien dans l’emploi des seniors doit être engagée.
 Il est urgent que la situation des travailleurs concernés par les régimes spéciaux soit clarifiée, et que les mesures de compensation et de revalorisation salariales pour la fonction publique soient définies.

L’obsession budgétaire et la justice sociale ne font pas bon ménage. En souhaitant mener de front une réforme ambitieuse et une réforme budgétaire à l’ancienne, l’exécutif a perdu le sens et la lisibilité d’une réforme du système de retraite pourtant attendue.

La CFDT appelle donc l’ensemble des travailleurs à se mobiliser le 17 décembre pour que le gouvernement renonce à toute mesure d’âge et rouvre les discussions pour un système de retraite universel qui soit réellement juste.

Partager :