Stop aux idées reçues sur la fonction publique

VRAI – FAUX : Stop aux idées reçues sur la fonction publique (Mai 2018)

Alors que les attaques contre les fonctionnaires se multiplient, la CFDT choisit de rappeler quelques faits pour dépasser les stéréotypes

Il faut cesser de considérer les fonctionnaires, et les politiques publiques qu’ils sont chargés de mettre en œuvre, comme un poids sur le budget de l’État et des collectivités. Les uns comme les autres sont un investissement en termes, par exemple, de cohésion sociale, de développement économique et de sécurité.Quant au statut de « fonctionnaire » souvent remis en cause, il est avant tout protecteur de l’État, des collectivités et des citoyens. En quelques mots, il est le moyen de garantir la continuité de l’État et des services publics. Par les obligations faites aux fonctionnaires, le statut permet d’assurer la neutralité et l’impartialité des services publics ainsi que leur présence sur le territoire, notamment dans les régions les moins attractives.

Sur le document téléchargeable en bas d’article, le VRAI – FAUX sur les thèmes suivants sont abordés :

  • Il y a trop de fonctionnaires en France
  • Les retraites des fonctionnaires ne sont pas alignées sur celles des salariés du privé
  • Les pensions de retraite sont plus avantageuses
  • Les fonctionnaires partent plus tôt en retraiteLes complémentaires santé ne sont pas prises en charge par les employeurs publics
  • Les agents publics sont mieux payés que les salariés du privé
  • Il existe des inégalités professionnelles entre les femmes et les hommes
  • Les fonctionnaires ont la garantie de l’emploi à vie
  • Le statut de fonctionnaire ne sert à rien
  • La durée légale du travail est la même pour le privé et pour le public
  • Les fonctionnaires sont plus souvent absents pour maladie
  • La fonction publique coûte trop cher à la nation

[Télécharger le VRAI-FAUX]

Partager :

Rendez-vous salarial juin 2018 : nos revendications !

2018 est une année négative pour le pouvoir d’achat dans la Fonction publique : gel de la valeur du point, report du calendrier PPCR, rétablissement du jour de carence, hausse de la CSG avec une compensation dégressive à compter de 2020, augmentation de la cotisation retraite !

La CFDT a dénoncé toutes ces mesures et voté contre les décrets d’application.

[Lire la suite …]

Partager :

Fonction publique : la CFDT appelle les agents à se mobiliser le 22 mai

Face à un gouvernement qui refuse pour l’heure de sortir de sa seule vision budgétaire de la transformation de l’action publique, la CFDT Fonctions publiques a lancé un appel à la mobilisation des agents le 22 mai. Avec un objectif : faire entendre ses revendications !

 

« Depuis des mois, la CFDT Fonctions publiques (1) a alerté sur le fait qu’elle n’hésiterait pas à se mobiliser si le gouvernement ne nous entend pas », rappelle Mylène Jacquot, secrétaire générale de la CFDT Fonctions publiques. Le 12 avril dernier, les fédérations qui la composent lui ont donné mandat pour un appel à la mobilisation des agents le 22 mai prochain.

La mobilisation aura pour premier objectif de peser sur le rendez-vous salarial que le gouvernement a accepté – sur insistance de la CFDT – d’avancer au mois de juin. La CFDT Fonctions publiques entend réaffirmer « son exigence de mesures collectives » et attend des réponses sur la valeur du point, la mise en œuvre du protocole Parcours, carrières, rémunération (PPCR), ou encore la compensation de la CSG. Mais le 22 mai sera aussi de dire le refus d’une « approche uniquement budgétaire de la fonction publique, sans vision d’un service public de qualité, garant de la cohésion sociale et accessible à tous les usagers ».

Entendre la parole des agents

Autrement dit, le 22 mai sera un coup de semonce au gouvernement, afin qu’il se mette à l’écoute des revendications : « Les infléchissements que nous avons obtenus dans le document de méthode de la concertation ne suffisent pas, insiste Mylène Jacquot. Nous n’avons pour l’heure pas vu d’ouverture sur nos revendications, alors que tous les voyants commencent à virer au rouge et que l’inquiétude des agents, sur le recours accru aux contractuels ou le salaire au mérite, est réelle. » Dernier accroc en date, la première séance de concertation sur le dialogue social dans la fonction publique, le 9 avril dernier, a visé d’entrée de jeu la fusion des instances, en reléguant à une éventuelle séance ultérieure l’enjeu de la qualité du dialogue social. « Le gouvernement, prévient Mylène Jacquot, doit enfin prendre en compte la parole des agents que nous portons et entendre les organisations syndicales qui ont des propositions ! »

 (1)L’Union des fédérations de fonctionnaires et assimilés (Uffa) est composée des dix fédérations CFDT ayant dans leur champ des agents publics de  l’État, la territoriale et l’hospitalière : F3C (Communication, conseil, culture), FEAE (établissements et arsenaux d’État), FEP (Formation et enseignement privé), FGA (Agroalimentaire), FGTE (Transports et Environnement), Finances, Interco, PSTE (Protection sociale, travail et emploi), Santé-sociaux et Sgen (Education nationale et recherche).

Source : uffa.cfdt.fr

[Lire le préavis …]

Partager :

Appel à la grève du 22/05/18

L’union des Fédérations de fonctionnaires et assimilés – CFDT (UFFA-CFDT) appelle l’ensemble des personnels de la Fonction Publique de l’Etat, de la Fonction Publique Hospitalière et de la Fonction Publique Territoriale à la grève et aux mobilisations dont les manifestations auront lieu le mardi 22 mai 2018.

[Lire le préavis …]

Partager :

Document d’orientation pour la concertation : refonder le contrat social avec les agents publics

Le Gouvernement a annoncé lors du comité interministériel de la transformation publique (CITP) du 1er février, sa volonté d’organiser tout au long de l’année 2018 une large concertation avec les représentants des agents publics des trois versants de la fonction publique et les employeurs publics portant sur quatre leviers majeurs de refondation du « contrat social avec les agents publics ».

[Lire le document …]

Partager :

Non à une nouvelle journée de solidarité !

Depuis des années, la CFDT alerte sur la nécessité d’une prise en charge digne de la perte d’autonomie.

Face à ce problème de société, qui touche de plus en plus de familles, notamment via le coût élevé des « reste-à-charge » en matière d’hébergement, les gouvernements successifs manquent de volontarisme.

Lors de son intervention télévisée, le Président de la République a évoqué la possibilité d’une nouvelle journée de solidarité : c’est injuste et loin d’être à la hauteur des enjeux.

L’effort de financement nécessaire ne peut être supporté exclusivement par les salariés (cela équivaudrait à une baisse de pouvoir d’achat de 0,3%).

S’agissant d’un risque universel, la CFDT considère qu’il doit être financé principalement par des impôts affectés reposant sur tous les revenus, (et notamment sur toutes les successions) à l’instar de la CSG. Mais le Gouvernement s’est lui même privé de cette possibilité en augmentant la CSG des retraités pour
financer… l’assurance chômage !

La CFDT demande au Gouvernement d’arrêter les bricolages sur le financement de la protection sociale : augmenter les prélèvements sur les retraités pour financer l’assurance chômage et donner du pouvoir d’achat aux actifs (sauf les fonctionnaires), pour finalement le leur reprendre via le jour de solidarité : cela n’a aucun sens !

Au-delà du financement de la perte d’autonomie, c’est un débat national global qu’il faut avoir pour définir ce que la société souhaite pour ses anciens et quelle valeur elle attache aux professionnels qui les prennent en charge. Car il y a bien un besoin urgent de moyens supplémentaires.

Partager :

CFDT Action Publique 2022

Le document d’orientation pour la concertation décidée par le Gouvernement, annoncée le 1er février dernier, a fait l’objet d’échanges au cours de ces derniers jours, suite aux critiques fortes que chacune des organisations représentatives a pu exprimer.

La CFDT Fonction Publique (UFFA-CFDT) a envoyé un communiqué de presse, le 4 avril 2018, à lire ci-dessous.

La CFDT et les huit autres organisations syndicales représentatives dans la Fonction Publique se sont exprimées par une déclaration commune du 4 avril 2008.

Pour mémoire vous trouverez également ci-dessous le document d’orientation dans sa forme définitive.

Partager :