Rencontre bilatérale avec le Premier ministre (09-07-20)

La CFDT a été reçue ce matin par le Premier ministre et la Ministre du travail (1).

Le Premier ministre a présenté cette rencontre comme un rendez-vous de prise de contact et de méthode. II a annoncé vouloir un dialogue social fort axé sur une méthode et un calendrier établis après les bilatérales avec les partenaires sociaux.

Il a dit vouloir fixer des priorités répondant à une situation économique et sociale difficile. La première priorité est l’emploi et la lutte contre le chômage. Il a cité ensuite la santé au travail, la dépendance, le partage de la valeur, les branches professionnelles et les retraites. Il nous a demandé de lui faire part de nos propositions sur la méthode et le calendrier.

La CFDT a dit que le signal envoyé par le Premier ministre en recevant vite les organisations syndicales et les organisations patronales était positif. Nous avons également dit vouloir un dialogue et une concertation sociale loyaux et porteurs de résultats. Nous lui avons remis un dossier présentant les propositions de la CFDT sur de nombreux sujets (document joint en annexe).

La CFDT a rappelé que la priorité était l’emploi et a axé son intervention sur :

  • la négociation, dans les filières et les entreprises, de dispositifs de maintien et développement de l’emploi ;
  • la priorité à l’emploi des jeunes qui doit conjuguer aide à l’embauche et accompagnement ;
  • l’opportunité de la transition écologique et numérique pour créer des emplois ;
  • la demande d’abandon de la réforme d’assurance chômage ;
  • la mobilisation des acteurs dans les territoires pour des actions concrètes sur l’emploi, les compétences, le reclassement …. ;
  • l’insertion et l’inclusion en n’oubliant personne au bord de la route.

Concernant le plan de relance économique, la CFDT a demandé que celui soit connu rapidement, fin août début septembre, qu’une concertation construite ait lieu avec le ministère de l’économie mais aussi le ministère du travail (sur le volet compétences notamment), et que le plan de relance intègre fortement la dimension écologique.

La CFDT a ensuite insisté sur la nécessité d’agir sur le travail et la qualité du travail en y intégrant la nouvelle donne sur le télétravail suite au confinement.

Nous avons fait part de nos idées sur l’encadrement des hautes rémunérations dans les entreprises et le partage de la valeur sur l’ensemble de la chaîne de création de valeur. Nous avons alerté sur le risque d’oublier les travailleurs exposés pendant la crise sanitaire et demandé à ce que la Ministre du travail se saisisse de cet enjeu fort.

La CFDT a marqué sa demande d’une réforme de la dépendance qui réponde aux besoins.

Sur les branches professionnelles nous avons demandé un point d’étape avec le ministère.

Sur les retraites, la CFDT a redit son attachement à un système universel synonyme de justice. Mais nous avons dit que ce n’était pas le moment de reprendre ce chantier durant l’été ou à l’automne.

Sur le financement des retraites, la CFDT a exprimé son refus d’une mesure rapide qui serait injuste et a annoncé son intention de s’y opposer si le gouvernement le faisait.

La CFDT a fait la proposition d’avoir un comité de suivi de l’impact de la crise sur l’ensemble des régimes sociaux et de ne prendre aucune décision précipitée. La CFDT propose de transférer la dette sociale vers la dette publique, considérant que c’est une situation de crise conjoncturelle qui a provoqué des déficits.

A l’issue de l’entrevue, le Premier ministre a dit qu’un courrier parviendrait aux partenaires sociaux pour les inviter à une rencontre multilatérale le 17 juillet.

(1) La délégation CFDT était composée de Laurent Berger, Marylise Léon, Yvan Ricordeau et Frédéric Sève

Partager :