Rendez-vous salarial du 2 juillet 2019 : les revendications de la CFDT

Ce mardi 4 juin, se tenait une réunion du Conseil Commun de la Fonction Publique (CCFP) pour examiner des projets de décrets pour améliorer l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap dans la fonction publique. A cette occasion, Olivier Dussopt, le secrétaire d’État à la Fonction publique a redit, devant les syndicats, le principe du rendez-vous salarial (RVS). Il a précisé qu’il se tiendrait le 2 juillet 2019.

Au cours de ce rendez-vous, d’après les services de Bercy, sera examiné l’évolution du pouvoir d’achat des agents publics, notamment dans une nouvelle phase du protocole « Parcours professionnels, carrières et rémunérations » (PPCR) sur l’année 2020, mais aussi les mesures déjà arrêtées en décembre 2018 (indemnisation du compte épargne temps, défiscalisation des heures supplémentaires, etc.).

Devrait être également précisé les modalités de mise en œuvre de l’indemnité de précarité pour les contractuels, votée par l’Assemblée Nationale dans le cadre de l’examen du projet de loi de transformation de la fonction publique.

“Attentif aux propositions des organisations syndicales”

Olivier Dussopt a aussi indiqué que l’équipe gouvernementale serait “attenti[ve] aux propositions des organisations syndicales”. Une façon d’amadouer les syndicats après les distensions observées depuis plusieurs mois ?

Ces propositions sont déjà largement publiques et font consensus dans les organisations syndicales, à savoir : une amélioration des salaires de tous les agents avec notamment le dégel du point d’indice et des mesures générales, mais aussi la suppression du jour de carence.

La CFDT Fonction Publique (UFFA-CFDT), détaille ci-dessous ses propres revendications.

Avant la tenue de ce RVS le 2 juillet, une réunion technique devrait être organisée pour faire le bilan du précédent rendez-vous salarial.

Les revendications de la CFDT

Les années négatives pour le pouvoir d’achat dans la Fonction publique se suivent : gel  de la valeur du point, rétablissement du jour de carence, augmentation de cotisation retraite, modalités de compensation de la hausse de la CSG dégressive de fait à compte du 1er janvier 2020, refus de la mise en œuvre de la prime exceptionnelle.

Ce sont autant de signes du manque de reconnaissance des employeurs publics à l’égard des agents.

La CFDT Fonctions publiques a demandé que le rendez-vous salarial 2019 (pour les mesures qui s’appliqueront à compter de 2020) se tienne avant les arbitrages budgétaires, conformément aux annonces faites en février dernier.

D’ores et déjà, la CFDT appelle le Gouvernement à construire et mettre en œuvre des mesures qui permettent une juste reconnaissance du travail, des compétences et de l’investissement professionnel de l’ensemble des agents publics. Donner à chacun le pouvoir de vivre, dans un cadre commun en protégeant notre avenir et celui des générations futures : c’est aussi le sens des propositions que nous portons.

Par ailleurs, la CFDT sera vigilante sur l’équité entre les trois versants de la Fonction publique. Il est inadmissible que certains agents soient tenus à l’écart des résultats d’un rendez-vous salarial.

https://www.cfdt-ufetam.org/wp-content/uploads/2019/06/revendifications_image.jpg

Partager :