Réforme des retraites : décryptage des propositions

Les retraites vont probablement faire l’objet d’une réforme durant le prochain quinquennat. Voici les propositions que font sur ce thème les douze candidats à l’élection présidentielle des 10 et 24 avril, présentés ici dans l’ordre de la liste validée le 7 mars par le Conseil constitutionnel.

  • Emanuel Macron (LR en Marche) Candidat à sa propre succession, le candidat LREM n’a pas hésité à se positionner cette semaine sur le sujet en se positionnant en faveur du recul de l’âge légal à 65 ans! Valérie Pécresse (LR), Éric Zemmour (Reconquête) prônent une augmentation progressive à 65 ou 64 ans d’ici à 2030, tout en tenant compte de ceux qui ont commencé à travailler tôt. Zemmour propose un alignement du privé et du public, Pécresse propose de diminuer les cotisations sociales.
  • Anne Hidalgo (PS) et Yannick Jadot (EELV) sont favorables au statu quo avec des variantes. Jadot veut autoriser les transferts de trimestres validés entre conjoints et tenir compte du temps passé auprès des proches ou des associations (aidants).
  • Fabien Roussel (PCF), Jean-Luc Mélenchon (LFI) et Marine Le Pen (RN) veulent revenir à la retraite à 60 ans après 40 années de cotisations.
  • Pour Marine Le Pen, ceux entrés dans la vie active entre 20 et 24,5 ans partiront entre 60,75 et 62 ans Ce qui supprimerait de fait, d’après elle, les mesures pour les carrières longues et les métiers pénibles. Ceux ayant commencé à partir de 25 ans devront attendre 67 ans.
  • Fabien Roussel veut revenir à un calcul de pension sur les 10 meilleures années dans le privé (au lieu de 25).

Les candidats sont tous d’accord pour revaloriser les petites pensions

  • Valérie Pécresse, Anne Hidalgo et Jean-Luc Mélenchon veulent garantir un versement de retraite au moins égal au Smic.
  • Éric Zemmour prévoit d’augmenter les pensions de réversion qui passerait de 54 % à 75 % de la pension du conjoint décédé.
  • Anne Hidalgo, Marine le Pen veulent revaloriser le minimum vieillesse à 1 000 euros par mois (contre 917 euros actuellement).
  • Anne Hidalgo veut la prise en compte de la pénibilité et rétablir les critères supprimés.
  • Marine le Pen veut rétablir la demi-part des veuves et stopper la réforme Touraine (rester à 62 ans) .
  • Yannick Jadot veut anticiper les départs pour ceux qui exercent des métiers pénibles.
  • Fabien Roussel souhaite porter les pensions à 75 % du revenu net d’activité, pour une retraite à taux plein à 60 ans avec une augmentation des cotisations pour les actifs.
  • Jean-Luc Mélenchon veut un retour à la retraite à 60 ans financé par une hausse des cotisations et une hausse des salaires.
  • Emmanuel Macron il se dit favorable à 3 régimes de retraites : fonctionnaires, privés, indépendants, avec l’harmonisation des règles privé-public. Fixation d’un seuil minimal de pension de retraite à 1 000 euros pour les personnes ayant accompli « une carrière complète ».
Partager :