Lettre de Laurent Berger aux militant(e)s de la CFDT

Paris, le 15 mai 2017

Cher∙es ami∙es,

Depuis le 31 mars dernier, la CFDT est la première organisation syndicale du secteur
privé. Cette première place dans le privé, tout comme la deuxième place dans
le public, la CFDT la doit d’abord à vous. À votre action quotidienne aux côtés
de vos collègues, et plus largement des salariés et agents de notre pays.
Je mesure la force de votre engagement, que ce soit au sein d’une section syndicale,
d’un syndicat, d’une UTR, d’une union régionale ou de ses déclinaisons locales,
d’une fédération…

Je n’oublie pas non plus que cette première place est aussi l’héritage de générationsde militants qui ont fait la CFDT depuis sa création.

Lire la suite

Partager :

Lettre ouverte de Laurent Berger à Emmanuel Macron

Dans une lettre ouverte à Emmanuel Macron, publiée dans Le Monde, Laurent Berger interpelle le nouveau président de la République et le met en garde si jamais il lui venait l’idée de passer en force en matière sociale.

Monsieur le Président de la République,

Vous venez d’être élu par plus de vingt millions de Français qui ont choisi de vous apporter leur voix. Votre élection représente la victoire de la République sur la haine.

Fidèle à ses valeurs, la CFDT a pris toute sa part dans le combat pour faire barrage à l’extrême-droite. Il y a des moments dans l’histoire qui ne supportent pas l’ambiguïté : notre appel à voter pour vous au second tour a été clair.

Les conditions particulières de votre élection vous obligent certes à tenir compte de ceux qui vous ont soutenu, mais aussi de ceux qui ont voté pour vous, non par adhésion à votre programme, mais par rejet du Front National.

Lors de cette élection, les Français ont exprimé autant de peur et de défiance que d’attentes et d’espoir, auxquels il faut répondre. Ce qui s’est exprimé, c’est aussi une aspiration à la fraternité, à la solidarité et à l’amélioration des conditions de vie et de travail face à la précarité, au chômage et à la pauvreté.

C’est d’une ambition partagée et d’un projet d’avenir dont nous avons besoin pour sortir par le haut de la dépression collective dans laquelle nous sommes englués. Il faut recréer de la cohésion, ouvrir des perspectives pour chacun et pour tous les territoires de la République, lutter contre les divisions qui nous minent et le repli sur soi.

Construire un monde de progrès et de justice sociale, où chacun peut trouver sa place et mener une vie digne, où la jeunesse retrouve confiance dans l’avenir.

C’est un projet à mener au niveau européen : si la convergence économique et fiscale que vous appelez de vos vœux est indispensable, l’Union européenne doit avant tout être plus sociale et créer de la solidarité entre Etats, mais aussi entre citoyens européens. De nombreuses initiatives pourraient le permettre, comme la garantie de salaires minimum en Europe, ou d’une assurance-chômage européenne.

En France, l’urgence, c’est d’abord de créer des emplois de qualité car le chômage est insupportable. Pour cela, il ne suffira pas d’encourager les « success stories » et les aventures individuelles. Une nouvelle réforme du code du travail, surtout si elle est menée sans concertation, ne peut pas non plus être une recette miracle.

N’oubliez pas, Monsieur le Président : il n’y a pas de réformes acceptées si elles ne sont pas justes, comprises et concertées.

Vous devez investir massivement dans les emplois de demain, dans le numérique bien sûr mais aussi dans les transitions écologique et démographique.

Pour faire face aux changements, il faudra également investir dans l’émancipation des personnes, grâce à de nouveaux droits sociaux. L’accès aux modes de garde et à l’éducation dès le plus jeune âge, la formation tout au long de la vie, la garantie du pouvoir d’achat, le droit pour tous à l’accompagnement avec le Compte personnel d’activité. Voilà de quoi les travailleurs ont besoin pour être réellement libres de choisir leur vie !

Mais vous ne devrez pas oublier les plus fragiles, ceux qui doivent faire face à un « incident de parcours », ceux qui se sentent isolés dans des territoires abandonnés, ceux qui n’ont même pas le minimum pour vivre dignement. Bâtir une société inclusive pour toutes et tous en particulier les personnes vivant des situations de dépendances, de maladies, de handicaps, de solitude est un impératif moral, autant qu’une opportunité de créer des emplois locaux.

Investir dans les emplois, dans l’émancipation des personnes et protéger les plus fragiles exige une action publique présente sur tous les territoires et des fonctionnaires reconnus.

Monsieur le Président, dans les 5 ans à venir, vous serez à la tête d’un pays qui devra faire face à d’immenses défis. Et, vous le savez bien, vous ne pourrez pas les affronter seul. Le mythe de l’homme providentiel, qui décide tout d’en haut, est un mythe dangereux pour notre démocratie. Les citoyens ne supportent plus d’être consultés une fois tous les 5 ans. Les travailleurs n’en peuvent plus d’être traités comme des êtres mineurs dès lors qu’ils passent le seuil de leur entreprise ou de leur administration.

Partagez le pouvoir ! Donnez de l’air à notre société ! Laissez de l’espace aux organisations dont la mission est de faire entendre la voix de ceux qui n’en ont pas. Faites confiance aux organisations qui permettent aux individus de s’organiser ensemble pour peser sur leur avenir ! Sans la démocratie sociale, la démocratie politique est impuissante.

Monsieur le Président, dans le contexte qui est le nôtre, vous devez le pressentir, vous ne bénéficierez d’aucun état de grâce. A vous de savoir si vous voulez utiliser votre victoire pour mettre la société en mouvement vers un avenir commun, ou si vous préférez tenter de diriger d’en haut un pays qui aspire pourtant à un exercice du pouvoir profondément renouvelé. Un pouvoir partagé au service d’une société plus juste, plus écologique et plus solidaire. Nous attendons de vous des actes forts dans cette direction.

Quoi qu’il en soit, la CFDT, premier syndicat dans le secteur privé et largement implanté dans le secteur public, saura défendre sa vision de la société et ses propositions, participer aux discussions et aux négociations, et s’engager. Elle saura également s’opposer aux mesures qu’elle jugerait injustes.

La CFDT ne sera ni un allié docile, ni un opposant de principe, mais une organisation syndicale qui assume en toute indépendance  à la fois son rôle de contre-pouvoir et de contributeur à l’intérêt général

Partager :

PPCR : nouveaux décrets pour la filière sociale

Six décrets d’application du protocole « Parcours professionnels, carrières et rémunérations » (PPCR) revalorisant les cadres d’emplois de la filière sociale de la fonction publique territoriale (assistants et conseillers territoriaux socio-éducatifs, éducateurs territoriaux de jeunes enfants) sont parus au Journal officiel du 10 mai 2017.

Le premier texte acte le passage des agents relevant du cadre d’emplois des assistants territoriaux socio-éducatifs en catégorie A à compter du 1er février 2018. Il précise la nouvelle structure de carrière de ces personnels : leur cadre d’emplois est structuré en deux grades, le premier grade étant, lors de la constitution initiale, structuré en deux classes. Le décret fixe les modalités de reclassement des agents dans le nouveau cadre d’emplois. A compter du 1er janvier 2020, il sera procédé à la fusion des deux classes du premier grade (pour le détail, voir ci-dessous notre article du 7 février).

Le deuxième texte fait de même pour le cadre d’emplois des éducateurs territoriaux de jeunes enfants, selon  des modalités et calendrier identiques.

Le troisième décret modifie à partir du 1er février 2018 la structure de carrière des conseillers territoriaux socio-éducatifs (catégorie A). Le cadre d’emplois, qui est actuellement organisé en deux grades, disposera d’un troisième grade (conseiller hors classe socio-éducatif). Ce nouveau grade, à accès fonctionnel, « est créé pour les agents qui exercent des missions à haut niveau de responsabilité dans le domaine de l’action sociale ». En outre, il est institué un concours d’accès interne au cadre d’emplois des conseillers socio-éducatifs pour les assistants socio-éducatifs et les éducateurs de jeunes enfants (pour le détail, voir ci-dessous notre article du 30 mars).

Les trois derniers décrets viennent modifier l’échelonnement indiciaire applicable à ces cadres d’emplois. Lors de l’examen des textes au Conseil supérieur de la fonction publique territoriale, les organisations syndicales avaient déploré l’attribution d’un échelonnement indiciaire ne relevant pas du « A type » (attachés territoriaux) pour les assistants et les éducateurs territoriaux, y voyant une reconnaissance insuffisante de l’expertise et des responsabilités exercées par les agents de catégorie B de la filière sociale (voir ci-dessous notre article du 2 mars).

[Lire les décrets …]

Partager :

1er MAI

La présence de Marine LE PEN au 2éme tour de l’élection présidentielle n’est pas une surprise. C’est néanmoins un événement grave qui place l’ensemble des forces républicaines dans une responsabilité particulière. C’est pourquoi la CFDT souhaite donner au 1er mai 2017 une connotation forte en appelant  à une manifestation commune avec la CGT, l’UNSA , la FSU et l’ensemble des forces  de la société civile à Nancy .

La CFDT s’est toujours battue contre le totalitarisme, la xénophobie et le rejet de l’autre. Pour la CFDT, le Front National n’est donc pas une option. Ses idées constituent une menace pour la démocratie, la solidarité, la justice sociale et l’égalité que la CFDT défend quotidiennement avec d’autres acteurs de la société civile. Face à la menace que fait peser sur la France et l’Europe la présence de Marine Le Pen au second tour, chacun doit prendre ses responsabilités et appeler au sursaut démocratique.

Les valeurs que défend notre organisation, notre vison de la société sont mise en péril par le projet du FN. Il est donc indispensable que chacun d’entre nous se mobilise et soit présent à la manifestation du 1er mai. Je vous demande de diffuser l’information le plus largement possible et de mobiliser vos adhérents du mieux que vous pouvez. Il est impensable que notre organisation ne soit pas largement représentée et ne prenne pas sa place face à un tel enjeu.

Je compte donc sur votre présence en  nombre le :

1er Mai à 10h00
Place Dombasle à Nancy

Bien sûr cela ne remet pas en cause l’après-midi festive. Nous vous attendons aussi à la Pépinière à l’issue de la manifestation.

Partager :

Hommage à François Chérèque

Un hommage à François Chérèque aura lieu le mercredi 10 mai 2017, de 16h30 à 18h00, au centre socio-culturel Jean Hartmann – 59 Avenue du Général de Gaulle à Pompey.

Après les témoignages et prises de parole, nous inaugurerons l’Espace François Chérèque, en l’occurrence les locaux de l’Union Mines Métaux Lorraine et du syndicat des Métaux Meurthe-et-Moselle, situés en face du Centre social.

Un pot de l’amitié clôturera ce moment.

Partager :