Point sur les différents sujets d’actualité

Cher ( e ) Adhérent( e ) ,

Faisons le point sur les différents sujets d’actualité

OUI, nous sommes là pour affirmer notre volonté sans faille, à combattre ce que nous refusons encore dans le projet de loi El Khomri et toute notre détermination à agir, pour proposer et imposer ce que nous voulons.

OUI, à la CFDT, des adhérents, des sections, des syndicats expriment des doutes, craignent des dérives et des abus par des patrons qui se sentiraient libérés de leurs responsabilités.

OUI, à la CFDT, nous affirmons que pouvoir licencier facilement ne permet pas d’embaucher plus.

OUI, à la CFDT, nous sommes convaincus que la solidarité ne doit pas être prendre à ceux qui ont un peu pour donner à ceux qui ont presque rien.

OUI, à la CFDT, nous savons que la précarité n’a jamais été et ne sera jamais synonyme de prospérité. Nous devons le dire et le redire pour TOUS. Ce projet de loi, la CFDT n’en a JAMAIS rêvé. Ce projet de loi, la CFDT ne l’a JAMAIS demandé. C’est tout le contraire Et face à tous ceux qui n’ont pour discours que la dénonciation et pour action que l’opposition, soyons fiers de ce que nous sommes et de ce que nous faisons, c’est ce qui nous unit et fait notre force.

La CFDT n’a jamais été à la botte d’un gouvernement. La CFDT n’a jamais été le faire-valoir d’un parti politique.

La CFDT n’a jamais été le porte-étendard du patronat.

La CFDT ne sert qu’une cause, celle de TOUS les travailleurs et au-delà, de tous les citoyens. Notre positionnement face au projet El Khomri en est un exemple.

Ce projet de loi, nous l’avons rejeté, tel qu’il a été préparé, dans le secret de cabinets ministériels, trop souvent coupés de la réalité du monde du travail et de la société dans son ensemble. Ce projet de loi nous l’avons refusé, tel qu’il a nous été présenté avec des réponses inadaptées et risquées à des problèmes graves Un chômage de masse, une précarité qui s’étend chaque jour plus, la pauvreté qui touche toujours plus de populations et de territoires. La désespérance qui s’installe chez beaucoup et mine notre société.

Pour la CFDT, il est clair que le texte initial de ce projet de loi, était plus facteur de risque que porteur d’avenir. Ce projet de loi contient encore des réponses décevantes ou insuffisantes aux attentes et besoins des travailleurs et n’apporte rien à tous ceux qui espèrent trouver un emploi. Ce projet de loi ne doit pas répondre aux demandes qui visent le profit financier et oublient les intérêts des travailleurs. Il nous faut sans cesse le répéter : la solidarité que nous voulons n’est pas celle qui consiste à prendre à ceux qui sont le moins en capacité de résister, pour redonner à ceux qui réussissent le mieux à se faire entendre. Préserver notre société, ses citoyens, ça ne peut pas se résumer à sacrifier telle ou telle génération, telle ou telle catégorie professionnelle, tel ou tel territoire. Et surtout pour la CFDT, préserver n’est pas suffisant, il faut des progrès Du progrès social, du progrès démocratique, du progrès environnemental. Ce progrès doit s’installer partout, pour tous, voilà le sens de notre combat. La CFDT a exigé et obtenu le retrait ou la réécriture des points les plus inadmissibles de ce projet Je vous en rappelle les principaux :

  • Le plafonnement des dommages et intérêts en cas de licenciement abusif.
  • L’absence de contrôle par le juge des critères du licenciement économique.
  • Le droit supplétif inférieur au droit actuel pour le temps de travail.
  • Le pouvoir unilatéral laissé à l’employeur pour le forfait jours dans les petites entreprises.

La CFDT c’est la volonté déterminée de s’engager pour obtenir des droits nouveaux, des droits pour tous. Sans jamais oublier les jeunes, les séniors, les demandeurs d’emploi, les stagiaires, les CDD, les salariés détachés, les salariés des petites entreprises.

La CFDT c’est la volonté permanente de garantir les droits obtenus en agissant chaque jour pour chacun, sur le terrain, dans la vraie vie. C’est là que se situe son combat, pas dans les médias, pas devant les caméras.

La CFDT agit au plus près de ceux qui en ont le plus besoin mais qui n’ont pas toujours la possibilité de se faire entendre. Car leur voix, leurs cris sont étouffés par le vacarme médiatique entretenu par ceux qui n’hésitent pas à sacrifier, ET l’intérêt général ET les personnes qui ne sont pas utiles à leurs calculs.

La CFDT ce sont des centaines de milliers d’adhérents et militants.

La CFDT ce sont des millions de salariés qui votent pour ses représentants.

La CFDT ne peut donc pas se résumer à un projet de loi présenté par un gouvernement, quel qu’il soit.

La CFDT c’est un projet de vie et un projet de société.

La CFDT c’est l’émancipation de chacun et la solidarité pour tous. La défense des salariés, des travailleurs et de tous ceux qui aspirent à le devenir ou qui souffrent de ne plus l’être, a toujours été et reste plus que jamais le chemin que nous suivons. Ce n’est pas une loi ou quelques lois qui, à elles seules, éclaireront notre avenir d’un jour meilleur. Mais c’est encore moins le refus de tout changement, le blocage, l’immobilisme. Nous n’avons pas le choix. Le monde change malgré nous et ça ne sert à rien de le nier. Le monde change mais ne changeons pas nos valeurs, nos espoirs, nos rêves. C’est pour ça que la CFDT continue de se battre, d’agir, de discuter, d’échanger, de proposer. Se battre pour que soient apportés des droits et du progrès à tous guide notre action. Notre discours n’est ni théorique ni idéologique. Il n’est ni tranché ni monolithique. Il n’est ni partial ni partisan.

La CFDT est à l’écoute du plus grand nombre, de ceux qui souffrent à ceux qui espèrent. Notre discours et nos actions sont avant tout au service de la justice sociale et de la solidarité. Ce que nous voulons c’est la sécurité pour chacun, pas la précarité généralisée. Sécuriser le parcours professionnel de chacun sur toute une vie, fait partie de nos combats depuis des années. Nous voulons des droits attachés à la personne. Nous ne voulons pas que des droits chèrement acquis puissent être définitivement perdus parce qu’on change d’employeur ou qu’on perd son emploi. Cette double peine, nous la refusons et nous proposons tout ce qui peut y mettre fin.

Voulue et soutenue par la CFDT, la généralisation de la complémentaire santé et son co-financement obligatoire par l’employeur en sont un bon exemple alors que de plus en plus de personnes renoncent à des soins pour des raisons financières.

Voulus et soutenus par la CFDT, les droits rechargeables pour l’indemnisation des chômeurs permettent aux demandeurs d’emploi de reprendre une activité sans risquer de perdre les droits acquis antérieurement.

Voulu et soutenu par la CFDT, le compte pénibilité est mis en œuvre malgré les réticences des uns et les oppositions des autres pour des prétextes fallacieux.

Voulu et soutenu par la CFDT, le compte personnel formation se met en place au bénéfice de tous les salariés. Aujourd’hui nous nous battons de toute notre énergie pour imposer le Compte personnel d’activité, le CPA.

Un CPA qui intègre le compte personnel de formation et le compte personnel de prévention de la pénibilité mais aussi comme nous l’avons obtenu, une garantie Jeunes généralisée et un compte engagement citoyen en complément du Compte formation. Et surtout nous continuerons à revendiquer la mise en œuvre du Compte Épargne Temps dans le CPA.

ALORS OUI, nous nous distinguons de ceux qui préfèrent le calcul électoraliste à court terme. OUI, nous nous distinguons de ceux qui pensent que la lutte pour la défense des intérêts des travailleurs est plus payante quand elle se fait sur les ruines d’entreprises qui jettent leurs salariés à la rue.

OUI, nous nous distinguons de ceux qui cachent que les ressorts de leur action reposent plus sur la préservation des intérêts matériels de leur organisation que sur la défense de ceux qui leur font confiance.

OUI, nous nous distinguons des organisations où il n’y a pas de discussion possible, de débat ouvert à chacune et chacun. Car vous le savez, à la CFDT, nous préférons le libre débat au discours fermé, nous préférons la démocratie à la démagogie. Personne à la CFDT, n’a l’obligation de suivre un discours imposé.

Alors, à la CFDT, chacun d’entre nous peut entendre des mots, des phrases, des analyses qui contredisent ce qu’il pense ou ressent à titre personnel. Mais notre force, la force de chacun, c’est l’expression de tous, la réflexion collective que la CFDT a toujours chéri.

Comment face à ce monde qui change à une allure accélérée ne pas être déboussolé, ne pas être inquiet voire effrayé. La CFDT, riche de ses militants, adhérents et structures, reste un point d’ancrage fort en ces temps agités pour tous et partout.

La CFDT, riche de son histoire, de ses idées avant-gardistes, de ses valeurs progressistes, reste un point de repère indispensable pour tous et partout. La CFDT INTERCO Meurthe-et-Moselle est et restera, par vous ET pour vous, un lieu de dialogue et de débat pour construire ensemble une Vie meilleure POUR TOUS. Vive les travailleurs, vive la CFDT.

Amitiés syndicales
Lionel MAIRE

Partager :